20 juillet 2021
mis à jour le 1 septembre 2021

D’après l’Union Européenne, environ 800 000 tonnes de batteries automobiles entrent en Europe chaque année. Elles sont utilisées sous le capot de voitures thermiques classiques, mais aussi pour mouvoir de plus en plus de voitures électriques. Ces dernières, dont la popularité grimpe, vont faire exploser la demande pour les batteries : elles seront 14 fois plus nombreuses en Europe en 2030 !

L’Europe règlemente

Face à cette problématique, les différents acteurs se mobilisent. Les régulateurs d’abord : l’Union Européenne souhaite que chaque batterie soit dotée d’un passeport électronique, pour une meilleure traçabilité. Et un projet de loi de l’UE indique que chaque batterie devra être réutilisée ou recyclée, à terme.

Batteries réutilisées ou recyclées

Car ce sont bien là les deux solutions qui attendent les batteries en fin de vie. Beaucoup seront réutilisées dans d’autres applications. Des constructeurs comme Mercedes ou Nissan ont investi dans ce système : les batteries usagées sont récupérées, reconditionnées, et assignées à d’autres usages. Ces usages sont moins demandeurs que l’industrie automobile en termes de densité énergétique. En particulier, les sources d’énergies renouvelables en sont particulièrement friandes : le solaire et l’éolien ne produisent pas d’énergie de façon constante. Il faut alors stocker le surplus d’énergie, et le redistribuer quand il y a moins de soleil ou de vent. Les batteries automobiles usagées sont parfaites pour cet emploi.
Enfin, le recyclage est aussi possible. Les métaux rares présents dans les batteries peuvent être réutilisés. Les batteries sont alors démontées, et les métaux récupérés soit en les faisant fondre soit en utilisant des solvants. Ils peuvent alors servir dans d’autres usages.

Mondial de l’Auto 2022