6 mai 2022
mis à jour le 6 mai 2022

L’invention des véhicules électrifiés ne date pas d’aujourd’hui : retour sur l’histoire des voitures électriques, hybrides et à hydrogène.

Il faut remonter dans les années 1830 pour retrouver les premiers véhicules électriques !! Après une première calèche électrique, puis des locomotives électriques à partir de 1835, c’est en 1852 que la première voiture électrique à proprement parler voit le jour. Toutefois, les batteries rechargeables au plomb acide n’ont fait leur apparition qu’en 1859, avant cela on changeait la batterie, tout simplement. Le premier véhicule à hydrogène est également né à cette époque mais, à titre de comparaison, il faudra attendre 1883 pour voir la première voiture à combustion interne à gaz et 1886 pour découvrir la célèbre Benz Patent Motorwagen considérée comme la première voiture à essence de l’histoire.

Plus surprenant encore, en 1900, des taxis électriques roulaient déjà à New York, et étaient appréciés pour leur absence de fumée noire : ce sont très probablement les premières préoccupations écologiques liées à l’automobile !  En ce tout début de siècle, ce sont donc plutôt les voitures électriques qui s’imposent, malgré une grande variété de technologie. Cependant, c’était sans compter la Ford T qui vit le jour en 1908 et qui a démocratisé l’automobile et plus particulièrement les voitures thermiques. Le tarif raisonnable des Ford T, produites en grandes quantités, et le faible coût de l’essence a progressivement poussé les voitures électriques vers l’oubli.

La voiture électrique comme solution à la crise

En 1941, en pleine Seconde Guerre Mondiale, Peugeot a imaginé un véhicule électrique pour faire face à la pénurie de carburant sous l’occupation allemande : le VLV (Véhicule Léger de Ville) était né, et offrait 80 km d’autonomie. Les années 1970 sont marquées par le premier choc pétrolier. À ce titre, les constructeurs ont repris leurs travaux concernant les voitures électriques et hydrogènes, comme alternatives aux modèles essence. De cette période on se souviendra de modèles comme la micro car Zagato Zele et la Renault 5 électrique. Au début des années 1990, Peugeot et Citroën ont aussi commercialisé des 106 et Saxo électriques.

Quoi qu’il en soit, la faible autonomie des voitures électriques a poussé les constructeurs à imaginer des motorisations hybrides : la première Toyota Prius est née en 1997, puis les autres constructeurs suivront rapidement. Les motorisations hybrides seront relancées en même temps que la nouvelle génération de voitures électriques, offrant une meilleure autonomie grâce aux nouvelles technologies de batteries et à la possibilité de recharger sur secteur les batteries de sa voiture hybride.

Les véhicules à hydrogène comme alternative

En 2008, Nissan lance sa Leaf 100% électrique, avec le succès qu’on lui connaît, et dans le même temps, les travaux sur la pile à combustible reprennent : BMW et Mazda présentent leurs premiers prototypes à hydrogène, puis Toyota et Hyundai s’intéressent également fortement à la technologie. Ils lancent respectivement leurs Mirai et ix35 Fuel Cell.

Les années 2010 vont contribuer à la démocratisation des véhicules électriques, encouragés par une fiscalité avantageuse, mais également à des réglementations de plus en plus contraignantes. Durant cette décennie, une véritable effervescence électrique a bouleversé le monde de l’automobile, voyant des dizaines de nouveaux constructeurs électriques se créer. C’est le cas de Tesla qui après avoir présenté son premier Roadster et ses 370 km d’autonomie, a lancé la Model S en 2012, et deviendra rapidement une référence en matière de voiture électrique, grâce à sa grande autonomie, son réseau de recharge rapide et ses technologies embarquées.

De nos jours, les voitures électriques ne sont plus les véhicules du futur, mais le moyen de transport d’aujourd’hui. Avec des centaines de modèles différents disponibles à la vente, produits par de nouveaux constructeurs ou par acteurs traditionnels du secteur de l’automobile, vous n’avez plus que l’embarras du choix.

À lire aussi :

Mondial de l’Auto 2022