23 février 2022
mis à jour le 23 février 2022

De la Clio 5 orange au bleu présidentielle de la nouvelle Renault Mégane E-Tech Electric, comment Renault innove et invente de nouvelles peintures, pour la carrosserie de ses modèles ?

La couleur d’un véhicule est très importante. Avec ses lignes, elle fait partie des premières choses que l’on remarque sur une voiture, et peut faire basculer le choix d’un potentiel acheteur. Chez Renault, c’est d’abord le designer qui donne les premières indications pour habiller son modèle. La demande est ensuite envoyée à Raphaël, coloriste depuis plus de 20 ans pour le losange. Il est à l’origine de toutes les livrées que vous pouvez voir sur les modèles de la marque, du bleu zanzibar de l’Arkana au jaune miel du Sénic.

En général, trois à huit pigments suffisent pour définir une teinte chez Renault. Le tout est une question de dosage. Le rendu final est ensuite obtenu par l’ajout d’un vernis, le plus souvent brillant. En ajoutant de la résine au mélange, Renault peut également faire varier le teint, du mat au satiné.

Une fois le concept approuvé, il faut reproduire la teinte à partir de conditions réelles, pour voir ce qu’elle peut donner une fois commercialisée. Comptez environ huit semaines. Un premier modèle grandeur nature est présenté, et si celui-ci convainc, la production peut commencer. Une fois en usine, des robots reproduisent la couleur à l’identique.

Renault adapte sa palette en fonction du marché destiné au véhicule

Renault ne propose pas les mêmes finitions pour tous ses marchés. Le constructeur aura tendance à proposer des teintes plus colorées en Inde, par exemple. C’est le cas avec le show-car Kiger qui affiche des couleurs penchant à la fois vers le bleu, le violet et vert fluo. Baptisée Aurora Borealis, cette teinte alterne ces trois aspects en fonction de la lumière et de l’angle d’observation.

Ses teintes lui sont aussi exclusives, et ne peuvent plus se retrouver chez d’autres marques du Groupe Renault. Chaque enseigne dispose de sa propre palette de couleurs. Dacia va plutôt tourner autour du vert alors qu’Alpine déclinera son bleu. Renault, lui, cherche des tons plus métalliques et plus riches.

La couleur, un des principaux facteurs lors de l’achat d’un véhicule

La couleur est une des principales caractéristiques qui peut nous faire opter pour un modèle plutôt qu’un autre. Selon une étude publiée et réalisée par Axalta le 26 mai dernier, 88 % des décisions d’achat de véhicules se font en considérant le coloris du véhicule.

Les finitions brillantes ont la cote sur tous les marchés, sauf en Chine ou le mat prend légèrement le dessus. Le développement de couleurs uniques attire le consommateur, même si aujourd’hui, le marché français reste principalement saturé de blanc, de noir ou de gris.

A lire aussi :

Mondial de l’Auto 2022