Les voitures de rallye les plus mythiques

20 juillet 2021
mis à jour le 2 septembre 2021

Les voitures de rallye fascinent l’imaginaire collectif avec leur aura particulière.

Au fil de l’histoire du championnat du monde des rallyes, plusieurs constructeurs de renom ont donné naissance à des engins légers et puissants, dont la dextérité et l’efficacité sur les routes ont marqué l’esprit des nombreux fans.
De nombreuses voitures mythiques ont ainsi été propulsées au rang d’icône, par la pureté de leur mécanique, leur force de caractère, la richesse de leur palmarès, ou encore la virtuosité de leurs pilotes et copilotes.

Porsche 911

Comment passer à côté de la Porsche 911 quand on évoque cet univers.
Dès la première génération de la sportive, les victoires pleuvent. Monte-Carlo, Tour de Corse, Sanremo, Liège-Rome-Liège… Rien ne lui échappe ! Les futures moutures de la « Nine-Eleven » prendront le relais avec un certain succès.
Encore aujourd’hui, les spectateurs s’enthousiasment quand ils aperçoivent cette GT entamer une interminable glissade dans un hurlement typique du Flat 6.

Alpine A110 1600S

Victorieuse en rallye dès le milieu des années 60, c’est l’Alpine 1600s, équipée du moteur de la Renault 16 TS, qui va mettre tout le monde d’accord dans la première moitié des années 1970.
Avec Jean-Claude Andruet à son bord, l’A110 1600S devient championne d’Europe dès 1970 et championne internationale des marques dès l’année suivante. Elle gagnera également le Monte-Carlo avec un certain Ove Andersson.

Lancia Stratos

Afin de remplacer la Fulvia qui commence à accuser le poids des années, la marque italienne frappe très fort et sort l’artillerie lourde en dévoilant un véritable monstre sur roues. Lancia sort la Stratos, une voiture de rallye révolutionnaire, qui ressemble plus à un petit proto échappé des circuits.
Sous le capot, on retrouve un V6 de 260 chevaux issus de la Ferrari Dino 246 GT, avec un bruit sourd si caractéristique.
Triple championne du monde et d’Europe des rallyes, la Lancia Stratos continuera de gagner jusque dans les années 80, enlevant le Tour de Corse 81 avec Bernard Darniche.

Audi Sport Quattro E2

Comment ne pas évoquer l’Audi Quattro quand on parle de rallye ?
Rien qu’en lisant le nom du bolide, vous pourrez entendre le râle typique d’un 5 cylindres en ligne turbocompressé. De toutes les Audi Quattro ayant semé la terreur sur les rallyes dans la première moitié des années 80, la version Sport E2 est la plus connue… et la plus monstrueuse.
Ce bolide est tout simplement l’archétype du Groupe B dans toute sa démesure avec un kit carrosserie démoniaque et une cavalerie dépassant allègrement les 500 chevaux. Quelle brute !

Lancia Delta Integrale

La Lancia Delta Integrale cumule les victoires : avec quarante-six victoires et onze titres constructeurs en WRC, sans oublier cinq couronnes européennes et une quarantaine de titres nationaux, c’est l’une des voitures de rallyes qui a connu le plus de succès.
Elle est restée longtemps au sommet, même après
Quand les Groupe A sont devenues les nouvelles reines du rallye après la mise à mort du Groupe B, l’Italienne est devenue la référence en la matière. Il faudra tout le savoir-faire de Ford, Toyota et Subaru pour la faire vaciller de son piédestal

Sur le même sujet

SSC Tuatara Striker et Aggressor : nouveaux missiles Sport automobile
SSC Tuatara Striker et Aggressor : nouveaux missiles
Le constructeur américain SSC va un peu plus loin dans la démesure en déclinant son hypercar Tuatara en deux nouvelles versions radicales : Striker et Aggressor.
Les voitures phares de Michael Schumacher en GP de Formule 1 Sport automobile
Les voitures phares de Michael Schumacher en GP de Formule 1
Quelles sont les plus belles voitures et monoplaces pilotées par Michael Schumacher, le septuple champion du monde de Formule 1 ?
Les voitures de grands prix les plus mythiques Sport automobile
Les voitures de grands prix les plus mythiques
Dans l’univers de la compétition automobile, plusieurs véhicules ont marqué leur époque, du fait de leurs caractéristiques techniques mais aussi par les prouesses de leurs pilotes.
Mondial Paris